Narrations des élèves allophones : quand les indices culturels favorisent l'expression des émotions

Colloque du CRIFPE
Brève communication orale
Thème(s)
Les formations à l’enseignement (initiales et continues)
Résumé
Le but général de l’étude est d’apporter des données probantes aux pratiques enseignantes pour favoriser l’intégration des élèves allophones. Comme le souligne Liddicoat et Scarino (2013), il semble nécessaire de comprendre les effets du dialogue entre les anciennes et les nouvelles ressources culturelles afin d’examiner ses manifestations dans le processus d’acquisition d’une L2. L’objectif de cette recherche est de montrer dans quelle mesure l’utilisation de narrations de contes culturellement ancrés permet de mettre en évidence l’évolution des performances syntaxiques orales en français des élèves allophones. Deux narrations ont été comparées : une narration d’un conte « non culturellement ancré » et une narration d’un conte « culturellement ancré ». Plusieurs indicateurs (nombre de mots, temps de réponse, références aux états mentaux des personnages) ont été mesurés dans une classe pour élèves allophones. Les résultats mettent en avant que si l’utilisation de supports culturellement ancrés offre des narrations plus riches, elle permet également un recours aux émotions plus important chez les élèves allophones. Face à ces résultats, l’enseignement des langues se doit donc d’intégrer de plus en plus la composante interculturelle (Akkari, 2013; Cortier, 2005). Des implications dans le champ du développement des compétences psychosociales des élèves allophones sont également envisageables.
Auteur.e.s
Jamila Hattouti
Université de Toulouse II Jean-Jaurès - France

Maitresse de conférences en psychologie. Thèmes de recherches : approches cognitives des apprentissages scolaires et formation des enseignants

Madeleine Buil
Université de Toulouse - France

Séance
C-J215
Heure
2023-05-04 9 h 45
Durée
15 minutes
Salle
À venir